Rammstein dans la presse

Le pire contre attaque?

HOME SWEET HOME!
TEL EST LE MOT D'ORDRE DE NOS SIX DE BERLIN QUI REMONTRENT LE BOUT DE LEURS FLAMMES AVEC UN ALBUM LIVE SUBTILEMENT INTITULÉ... « LIVE AUS BERLIN » !

Grande réunion des familles en ce jeudi 20 mai à Berlin. Rammstein régale et c’est toute l'Europe, voir plus loin, qui se voit ainsi conviée à découvrir en « exkluzifité montiale » la prochaine vidéo des gaillards, près de quatre mois avant sa sortie commerciale (13 septembre), elle-même suivant de quelques semaines l'émergence de ce « Live Aus Berlin » (30 août), album... live distillé dans tous les formats de bon aloi : simple, double, version collector avec deux pistes CD-Rom en sus...

Alors,bien sûr, on ne manquera pas de s'interroger sur les raisons d'un tel choix (un album live, pas ses différents formats !). Car tournée marathon ou pas , Europe et États-Unis (surtout eux...) sillonnés en long, en large et en travers, il n'aurait pas été illogique d'imaginer Rammstein regagner les studios, ne serait-ce que pour enfoncer le clou définitivement. De là à conclure que du côté de nos six hommes du feu, on est un peu en peine d'inspiration, il n'y a qu'un pas que bon nombre de leurs détracteurs n'hésiteront certainement pas à franchir. "Le problème ne se situe pas franchement à ce niveau-là", nous rétorquera au cours de la soirée le guitariste Richard Kruspe, faussement étonné que l'on puisse voir les choses ainsi. "Seulement, on a tous estimé que l'on avait besoin dé prendre un peu de recul, justement pour que certaines de ces idées ne soient pas jetées comme ça en vrac, dans la précipitation. Pour l'instant, chacun réfléchit dans son coin et on verra un peu plus tard tout ce que ça pourra bien donner. " Ça, c'est pour le discours officiel. En réalité, si de distance ils ont besoin, c'est peut-être plus vis-à-vis les uns des autres, "en interne".

Que l'on ne se méprenne pas. II n'y a pas eu engueulade ni poussée d'ego démesurée, mais seulement l'envie de respirer, de penser soudain plus à soi, là où, depuis plus de cinq ans maintenant sans interruption, c'est le collectif Rammstein que l'on a défendu sans retenue. Avec les résultats que l'on sait : albums qui dépassent le cap du million d'exemplaires vendus en Allemagne, l'Amérique qui ne demande plus qu'à se soumettre...
Bref, ce "Live Aus Berlin" semble tomber à point nommé pour tout le monde, y compris auprès d'un public allemand (et berlinois en particulier) qui commençait à la trouver un peu saumâtre de voir ses protégés n'avoir les yeux de Chimène que pour leur rêve américain. "C'est vrai, certains grincements se faisaient... doucement sentir", confirmera le lendemain le batteur Schneider, lors d'une séance d'interviews menée au pas de charge aux bureaux du management du groupe dans cet ex-Berlin-Est "relooké" à la hâte depuis la chute du mur. "Il faut les comprendre ici. Pendant dés années, ils ont eu le sentiment que Rammstein n'existait que par eux, qu'ils avaient tout fait. Et d'un seul coup d'un seul, on se casse aux States ou ailleurs, pendant six ou neuf mois ! Ce live est une façon pour nous de leur rappeler que nous n'avons pas oublié d'où nous venons. "

C'est en effet le moins que l'on puisse dire : dix-huit titres au total, quatre-vingt-Quinze minutes de show au total, des caméras dans tous les sens... Et tous les effets "made in Rammstein" au rendez-vous ! Bref, nos chevaliers du "tanz-metal" ont regagné le campement. Et s'ils ont décidé de prendre leur temps pour préparer leur riposte, gageons que celle-ci sera que plus cinglante. A plus forte raison quand, du côté de cette Amérique tant convoitée, on commence à venir leur chercher des poux dans la tête (cf. la tragédie de Littleton en mai dernier). Leur étoile noire à eux n'a pas fini de briller...

Carole Epinette

Vous êtes perdus sur PlanetRammstein ? Utilisez le moteur de recherche pour retrouver un document !